Ébéniste par passion, designer par goût, Thibault Desombre crée depuis toujours. Derrière ses réalisations aux lignes pures et ses choix de matériaux nobles, on découvre la générosité d’un esprit talentueux, au service de l’autre. Ses créations pour Arthur Bonnet, les cuisines Rendez-vous et Métisse, sont devenues incontournables par leurs personnalités tant affirmées qu’adaptables à l’envie. Rencontre avec un humble génie de la création française. thibault desombre designer cuisine

Le design et vous

Pourquoi avoir fait du design votre métier ?

C’est un peu par hasard, grâce à un ami, que j’ai découvert le design à l’école des Arts Décoratifs de Paris (ENSAD, ndlr). J’ai toujours aimé dessiner, et je me revois m’essayer à l’aquarelle aux côtés de mon père, dans la garrigue provençale. Après cinq ans de formation d’ébénisterie chez les Compagnons du Devoir, j’ai trouvé dans le design une continuité naturelle à mes différents acquis.

Que préférez-vous dans le métier de designer ? Quelles difficultés rencontrez-vous ? Je trouve tous les aspects du métier réellement passionnants : de la rencontre avec les porteurs de projets à la réalisation concrète, en passant par la réflexion sur un carnet de croquis ou une maquette. Difficile d’y trouver un inconvénient, mais je dirais que c’est un métier qui demande à être pugnace pour obtenir confiance en son travail, et dont les projets sont relativement longs à mettre en place. Et le fait d’être cadré dans sa créativité n’est-il pas frustrant ? J’ose parler pour la profession au sens large : nous ne sommes pas des peintres ou des sculpteurs. Un artiste travaille pour lui, et finit par présenter aux autres son travail personnel. Un designer travaille pour les autres. Cela nécessite de l’empathie, et la « contrainte » qui accompagne les projets est le cœur de notre métier. On apprend à en jouer ! Quel est votre objet fétiche ? J’aimerais citer deux objets, pour l’intelligence de leur conception. La chaise Thonet appelée couramment la « chaise bistrot ». Thonet était un menuisier fou qui a révolutionné le travail du bois en le façonnant à la vapeur. Il a démocratisé la chaise, à une époque où c’était un produit de luxe. chaise bistrot noir thonet La guitare électrique Telecaster de Fender. Elle a été conçue dans les années 50 avec l’objectif de produire une guitare à la fabrication très simple, accessible au plus grand nombre. Elle est toujours utilisée, jouée, produite aujourd’hui. guitare bleue fender

Le jeu des 3

Si vous emmeniez 3 objets de design sur une île déserte ? Pour me divertir, cette guitare de Leo Fender. Pour m’asseoir, le siège « poire » Sacco, et pour m’éclairer, la lampe Arco de Castiglione. pouf sacco zanotta design lampe arco flos Les 3 figures du design qui vous inspirent le plus ? Achille Castiglione, un grand designer italien plein d’humour, d’une créativité débordante, dont beaucoup d’objets sont devenus référents, Thonet, pour les raisons évoquées précédemment et Hans Wegner, le danois aux sièges intemporels. J’aimerais ajouter à cette liste le grand designer français Pierre Paulin, décédé il y a 4 ans, avec qui j’ai eu l’immense honneur de travailler. Les tendances du moment que vous affectionnez particulièrement ? Même si les tendances vont et viennent, j’aime ces meubles créés dans les années 50-60 associant les matières comme le bois (teck) et le métal. On y trouve une grande modernité et aussi une intégrité : des solutions justes techniquement et esthétiquement, avec la volonté de démocratiser le beau. Je ne sais pas si on peut parler de tendance, mais je suis très sensible au sens de la responsabilité de nos futurs designers. Des produits responsables, des matières recyclables, des réponses à de vraies questions de société… Cette nouvelle génération qui arrive me fait beaucoup de bien !

Les cuisines Arthur Bonnet et vous

Vous décrivez la cuisine Rendez-vous comme « Une rencontre entre passé et contemporain ». Comment cela se traduit-il dans la réalisation ? Pour Rendez-vous, je dessinais une cuisine pour la première fois de ma carrière. J’ai cherché à lui donner une identité suffisamment forte pour qu’elle ne soit pas altérée par son implantation ou la couleur choisie. Pour cela, j’ai moulé et habillé de la même matière le plan et la façade, à la manière du travail des ébénistes sur les commodes Louis Philippe. Pour la touche de modernité, j’ai choisi une moulure en aluminium plutôt qu’en bois. cuisine rendez-vous laque design thibault desombre Pour la cuisine Métisse, l’esprit d’atelier est le fil rouge de votre création. Quels éléments avez-vous choisi pour incarner ce style à la fois moderne et convivial ? Pour Métisse, j’ai souhaité un lieu sensoriel, de partage, qui serait aussi beau en plein désordre que rangé. Pour y réfléchir, j’ai tout simplement pris en compte mon propre usage de la cuisine : un lieu pratique, convivial, ouvert. Sur le plan architectural, j’ai souhaité donner la sensation de blocs encastrés et fait des choix de matières évidentes et naturelles comme le bois. cuisine bois metisse design thibault desombre

Le portrait chinois

Si vous étiez un pays… l’Irlande, un pays très beau dont les habitants sont incroyablement chaleureux et accueillants. Si vous étiez une création…la Wishbone chair CH24 de Hans Wegner, relecture d’une chaise traditionnelle chinoise. Une pure merveille. Si vous étiez un mouvement… le balancier, pour la contemplation, la réflexion et la relaxation Si vous étiez une pièce de vie… une pièce centrale, ouverte, celle d’un loft qui regroupe cuisine, salle à manger, salon en même temps. Si vous étiez un instrument de musique… la guitare, car c’est un instrument incroyable qui s’adapte à tous les styles de musique, en plus d’être un bel objet aux multiples visages.   Crédits photos : Thonet / Fender / Zanotta design / FLOS Pour en savoir plus sur Thibault Desombre

Vous aimerez aussi...

Thibault Desombre vous présente Métisse Quand la cuisine aménagée. suit les tendances... du mobilier Interview : Christian Ghion, l'indomptable magicien